Stéphane Mallarmé

(1842 - 1898)


                                     

 

 

Poèmes :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Stéphane Mallarmé (Étienne de son vrai prénom) est né à Paris le 18 mars 1842 et mort à Valvins (commune de Vulaines-sur-Seine en Seine et Marne) le 9 septembre 1898, est un poète français.


Stéphane MALLARMÉ est né dans une famille aisée de hauts fonctionnaires de l'Enregistrement. destiné à l'administration, comme la plupart des membres de sa famille, il préféra devenir professeur d'anglais par passion pour l'écrivain Edgar Allan POE. En réalité il fut un professeur médiocre, peu pédagogue et mal noté par ses supérieurs, son unique centre d'intérêt étant, dès son plus jeune, âge la poésie.

La mort prématurée de sa mère et de sa sœur, dont il était très proche, marquèrent sa sensibilité.

D'abord influencé par Baudelaire et Poe, sa poésie devint progressivement de plus en plus hermétique. L'ambition de Mallarmé était de créer une œuvre expérimentale, une œuvre de poésie pure, libérée de la nécessité du sens. Au final son œuvre, modeste en volume, est constitué de quelques recueil de poème - dont "Un coup de dès jamais n'abolira le hasard" - mais c'est une œuvre dense. Son écriture qui joue avec les mots - dont le sens est souvent étymologique - égare volontairement le lecteur.

Ce personnage énigmatique - qui vivait comme un bourgeois frileux, mais dont l'œuvre était si déroutante - suscita l'admiration de ses pairs dès les années 1880. D'abord reconnu par Verlaine et Huysmans, il devint ensuite l'idole d'une nouvelle génération d'écrivains, celle de Paul Claudel, André Gide, Paul Valéry, Pierre Louys, Henri de Régnier, et beaucoup d'autres. Tous lui rendaient des visites régulières et formaient en quelque sorte une cour autour de celui qui fut proclamé "prince des poètes". Aujourd'hui il figure à l'égal de Baudelaire, Raimbaud et Verlaine au Panthéon des poètes du XIXème siècle.
 

 

 

   Son oeuvre

 

  • L'après-midi d'un faune, 1876

  • Préface au Vathek de William Beckford, 1876

  • Petite philologie, les mots anglais, 1877

  • Les Dieux antiques, 1880

  • Album de vers et de prose, 1887

  • Pages, 1891

  • Oxford, Cambridge, la musique et les lettres, 1895

  • Divagations, 1897

      Publications posthumes :

  • Poésies, 1899

  • Un coup de dés jamais n'abolira le hasard, 1914

  • Vers de circonstance, 1920

  • Igitur, 1925

  • Contes indiens, 1927

      Traductions :

  • Le corbeau d'Edgar Poe (The Raven), traduction française de Stéphane Mallarmé avec illustrations par Edouard Manet, Editions Richard Lesclide, Paris, 1875

  • L'étoile des fées de Mme W.C. Elphinstone Hope, 1891

  • Poèmes d'Edgar Poe, 1888

  • Le Ten o'clock de M. Whistler, 1888

Sources

Biographie de Stéphane Mallarmé (article Geneastar) : http://www.geneastar.org/bio.php3?nom=mallarme

L'oeuvre de Stéphane Mallarmé (article Wilkipedia) : http://fr.wikipedia.org/wiki/St%C3%A9phane_Mallarm%C3%A9

Photo Stéphane Mallarmé (article Mes Biographies) : http://www.mes-biographies.com/Ecrivain/biographie_Mallarme.html

 

Retour Armor en Poésie

Contact : armorpassion@yahoo.fr / postmaster@armorpassion.com