Erika, erika

Gilles Servat

Tiré de l'album : Comme je voudrai !

Paroles et musique: Gilles Servat (2000)
© Columbia, Sony 2000

Un pavillon de complaisance
Un armateur digne de confiance
Le bénéfice pour étendard
Quelques esclaves pour équipage
Une couche de rouille pour le planage
Et vingt-deux mille tonnes de coltar

Erika, Erika
Je n'irai plus, je n'irai plus
Chez ton affréteur par hasard

Les hommes avaient fait un beau rêve
Les siècles du progrès s'achèvent
C'est plutôt sur un cauchemar.
Rien n'a beaucoup changé sur Terre
En cette fin de millénaire
La connerie humaine mise à part

Erika, Erika
Je n'irai plus, je n'irai plus
Chez ton affréteur par hasard

Souillés, les rivages de l'enfance
Souillées, les amours de vacances
Souillé, le sable des mémoires
Sali, le travail des presqu'îles
Et la réputation des îles
Salie, la lumière des grands phares.

Erika, Erika
Je n'irai plus, je n'irai plus
Chez ton affréteur par hasard

Erika, Erika
Je n'irai plus, je n'irai plus
Chez ton affréteur par hasard

Sur leurs cirés, les bénévoles
Ont écrit en noir ces paroles :
«Ce naufrage n'était pas fatal»
Ce qu'on ramasse avec nos pelles
Naviguait dans une vieille poubelle
Pour épargner quelques dollars.
Ce qu'on ramasse avec nos pelles
Naviguait dans une vielle poubelle
Pour faire bander le capital.

Erika, Erika
Je n'irai plus, je n'irai plus
Chez ton affréteur par hasard

 

Photo  : Auteur : Yves Vallier

© Yves Vallier 2007

Merci au photographe Yves Vallier

de m'avoir permis de mettre sa photo sur Armor Passion.

Allez vite lui rendre une petite visite sur son site

où vous découvrirez de merveilleuses photographies sur la nature.

http://www.yves-vallier.com/home.asp

 

Contact : armorpassion@yahoo.fr / postmaster@armorpassion.com